Pub

Le DPC ou Développement Professionnel Continu*

Le DPC est une obligation individuelle qui s’inscrit dans une démarche permanente d’amélioration de la qualité des soins des professionnels de la santé. 

Le DPC s’adresse à tous les professionnels de santé quel que soit leur mode d’exercice, dans le cadre du Salon Infirmier et des JNIL, les actions de DPC concernent exclusivement les infirmiers.

Malgré le contexte actuel, les actions DPC restent maintenues du 7 au 9 octobre 2020 en format digital.

Inscriptions ici

Découvrez le programme :

  • 1. Spécial Libéral
  • 2. Dédié Libéral et Salarié

1. Programme dédié aux Infirmiers Libéraux

Mercredi 7 octobre

10h00-12h00 et 14h00-16h00: Soins infirmiers post-opératoires du patient en retour précoce à domicile (n°73132000025)

Résumé et contexte de l’action

Les nouvelles modalités organisationnelles de la chirurgie entraînent des surveillances spécifiques jusqu’alors situées, la plupart du temps, en dehors du champ des soins infirmiers à domicile. Les sorties d’hospitalisation après chirurgie sont de plus en plus précoces, et la chirurgie ambulatoire (sortie le jour même de l’intervention avec admission en établissement de santé de moins de 12 heures) fait l’objet d’une forte volonté de développement en France.

Dans ce contexte a émergé la notion de « Récupération Améliorée Après Chirurgie » (RAAC) qui est une approche globale du patient favorisant le rétablissement précoce de ses capacités après la chirurgie.

L’avenant 6 à la Convention Nationale des infirmiers et infirmières libérales instaure des nouveaux rôles dans le domaine post opératoire : la surveillance clinique et d’accompagnement post opératoire à domicile pour patients inclus dans un dispositif de chirurgie ambulatoire ou RAAC, des actes spécifiques postopératoires le plus souvent réalisés jusqu’à aujourd’hui en établissement de santé (par exemple : redon et sonde urinaire). Les infirmiers et infirmières à domicile vont devoir faire face à un afflux de patients en période post opératoire immédiate impliquant un renforcement de connaissances et de compétences sur des point précis. Ceci afin de sécuriser les parcours chirurgicaux.

Objectifs de l’action DPC

Les objectifs de cette action de formation sont de sécuriser la période post opératoire au domicile par une surveillance des risques spécifiques, la réalisation des soins, leur traçabilité et la coordination avec les différents acteurs.

Pour cela, on redonnera du sens aux actions en apportant des informations globales et prospectives sur la chirurgie, y compris hors de nos frontières.
La formation présentielle s’articule autour des axes suivants :

  • État des lieux
  • Chirurgie : les facteurs de risques vs conditions de sortie
  • Rôle et missions de l’infirmière en post opératoire à domicile
  • Le cadre juridique
  • Les points de vigilance
  • Cas pratiques

Intervenants

  • Professeur Karem SLIM, Chirurgien, CHU Clermont-Ferrand & GRACE
  • Nathalie PUPPO, Directrice opérationnelle des soins et de l’organisation, Hôpital Saint-Joseph Marseille

Jeudi 8 octobre

10h00-12h00 et 14h00-16h00: L’IDEL et les points clés de la surveillance d’un patient sous perfusion à domicile : PICC Line, Mid Line, sous cutanée au domicile (n°73132000026)

Résumé et contexte de l’action

Les soins infirmiers relatifs aux perfusions sont au coeur des pratiques infirmières et l’ensemble de ces enjeux conduisent à penser que les connaissances et compétences des infirmiers et infirmières doivent être évaluées, renforcées, et améliorées. C’est encore plus vrai pour l’infirmier libéral.

Au domicile, pour les patients recevant un traitement pour chimiothérapie, antibiothérapie, nutrition parentérale… ou pour les patients au capital veineux réduit, la voie veineuse centrale est de plus en plus fréquente. Le mésusage de ce dispositif médical expose le patient à des complications (risque infectieux, thromboembolique, obstructif, mécanique, cutané, extravasation).

Pour exemple le PICC Line (dispositif intraveineux central à insertion périphérique) est mis en place par un médecin et peut être retiré par l’infirmier ou l’infirmière sous réserve qu’un médecin puisse intervenir à tout moment, ce qui pose la question du retrait à domicile. Le MID Line qui une fois posé ressemble au PICC Line est lui une voie veineuse périphérique et peut donc être retiré par l’IDE.

La voie sous cutanée est de plus en plus répandue, notamment à domicile. Un nombre croissant de médicaments injectables peut, sous réserve de respecter certaines précautions, être administré par perfusion sous cutanée ou hypodermoclyse. L’attention des infirmiers doit être attiré sur le fait qu’elle comporte un risque infectieux non négligeable, alors même qu’elle n’en a pas la réputation

Objectifs de l’action DPC

L’infirmier(e) libéral(e) doit pouvoir appliquer scrupuleusement les protocoles et les recommandations de bonnes pratiques en actualisant sa pratique et ses connaissances. En effet ces systèmes de moyenne durée exigent de l’infirmier à domicile des soins spécifiques pour garantir la sécurité et la qualité de la prise en charge Après un rappel sous forme de quizz des notions de base sur les voies veineuses et artérielles et le cadre législatif, la formation cible les indications, la surveillance et la conduite à tenir en cas de complication du Picc Line et du Mid Line.

Sera ensuite abordée la perfusion en sous cutané, qui connait un nouvel essor à domicile pour les patients âgés, et les patients en fin de vie. Cette voie souvent utilisée pour l’hydratation peut permettre l’administration de beaucoup de traitements.

Toujours dans un objectif de sécurité des soins, seront présentées aux infirmiers les sources d’information sur les recommandations, les bonnes pratiques, les évolutions législatives.

Intervenants

  • Christian DUPONT, IDE coordinateur parcours patient, CRMR pour le traitement de la mucoviscidose chez l’adulte, CHU Cochin, Président du Groupe Francophone Interdisciplinaire pour les Abords Vasculaires, le GIFAV

Vendredi 9 octobre

10h00-12h00 et 14h00-16h00: Gestion de la violence et de l’agressivité des patients et de leur entourage (n°73132000019)

Résumé et contexte de l’action

Les faits d’incivilités et de violence à l’encontre les professionnels de santé sur leur lieu de travail sont en pleine recrudescence depuis quelques années. Le rapport 2018 de l’Observatoire National des violences en milieu de Santé fait état d’une augmentation de plus de 25% des signalements sur un an. Qu’il s’agisse d’insultes ou de coups et blessures, quel que soit le lieu d’exercice, ces faits sont inacceptables, en particulier lorsque les professionnels prennent soins de nos concitoyens.

Si chacun se souvient du terrible épisode de l’hôpital psychiatrique de Pau qui s’est soldé par la mort violente d’une infirmière et une aide-soignante en décembre 2004, les agressions envers des infirmières libérales passent un peu plus inaperçues en raison de conséquences considérées comme moins importantes. Elles sont cependant bien réelles et occupent parfois la rubrique des faits divers de la presse locale. Or, l’exposition aux incivilités ou aux violences produisent les mêmes effets délétères : stress chronique, mal être, perte de confiance, démotivation, dégradation de l’ambiance au travail, dysfonctionnements, absentéisme. Par ricochet, elles portent également préjudice à la qualité des soins.

La prévention et la lutte contre les incivilités et les violences relève d’une approche triangulaire qui associe l’amélioration de la qualité de vie au travail et l’amélioration des soins dispensés. Ainsi la Stratégie Nationale de Santé Publique 2018-2022 comporte-t-elle un axe dédié au « prendre soin de ceux qui soignent ». Il est capital d’être en mesure de détecter, prévenir et gérer au mieux les situations de violences, maîtriser les procédures d’alerte et les moyens de protection, développer des habiletés et des modes d’intervention pour assurer sa propre sécurité et celle des autres en situation d’agressivité.

Pour prévenir les violences, il est essentiel de gérer les comportements d’agressivité par des techniques spécifiques de communication non violente.

Objectifs de l’action DPC

Les objectifs principaux de cette action DPC visent à permettre aux participants dans sa pratique
libérale d’acquérir :

  • une amélioration de la qualité des soins par le maintien d’une bonne relation soignant-soigné
  • une meilleure pertinence de la communication soignante pour gérer l’agressivité et prévenir les passages à l’acte violent

La formation présentielle s’articule autour des objectifs suivants :

  • Actualiser ses connaissances sur le concept « AGRESSIVITE » et « VIOLENCE » dans le domaine de la santé (réalités et significations)
  • Connaître la protection des soignants
  • Connaître les mécanismes relationnels et situationnels qui génère l’agressivité et la violence (émotions, ressentis, vécus, etc…)
  • Savoir gérer ses émotions dans ses relations (collègues, maladies et famille)
  • Comment se reconstruire après une agression

Intervenants

  • Vincent TERRENOIR, Commissaire général de police, Délégué pour la sécurité générale auprès de la Directrice générale, Direction générale de l’offre de soins, Ministère des solidarités et de la santé
  • Sophie DABONVILLE, IDE
  • Stéphane LEYEMBERGER, aide-soignant, CH Ouest-Vosgien

2. Programme dédié aux Infirmiers Libéraux et Salariés

Mercredi 7 octobre

10h00-12h00 et 14h00-16h00 : Fin de vie : accompagnement du patient et développement de l’accès aux soins palliatifs (n°73132000024)

Résumé et contexte de l’action

L’accompagnement des personnes en fin de vie et de leur entourage est une priorité nationale de santé (Axe II du plan national 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement en fin de vie) et une préoccupation quotidienne de nombreux professionnels de santé.

Le développement des soins palliatifs est conditionné par l’appropriation de la démarche palliative par les professionnels, tant médicaux que paramédicaux, intervenant en ville comme à l’hôpital ou dans des structures spécialisées en soins palliatifs. Cette démarche relève d’une approche globale et individualisée des soins de santé et requiert une vigilance éthique, une attention à l’accompagnement psychologique, spirituel, social et culturel, aux soins de confort et de bien-être. Elle exige l’engagement de l’ensemble de l’équipe soignante quel que soit le lieu de vie ou de soins afin de pouvoir garantir une fin de vie digne et apaisée au patient.

Objectifs de l’action DPC

Cette action de formation est destinée aux professionnels de santé quel que soit leur mode d’exercice. Elle a pour objectif principal l’approfondissement des connaissances et des compétences concernant les soins palliatifs pour un meilleur accompagnement des patients en fin de vie.

La formation présentielle s’articule autour des axes suivants :

Connaitre les concepts fondamentaux :

  • Éléments de définition
  • Cadre juridique des soins palliatifs et de fin de vie

Accompagner le patient et les proches :

  • Développer une approche relationnelle
  • Comprendre la souffrance du patient et de sa famille
  • Communiquer avec le patient et sa famille

Construire une attitude éthique :

  • Identifier la juste distance avec le patient, la famille, le reste de l’équipe
  • Développer ses capacités relationnelles, ses attitudes d’écoute et d’empathie
  • Se ressourcer pour rester un professionnel

Identifier les modalités de l’accompagnement en fin de vie :

  • Savoir mettre en oeuvre les soins palliatifs en fonction des besoins
  • Instaurer un travail d’équipe pluridisciplinaire et repérer la nécessaire distanciation
  • Conduire une réflexion en interdisciplinarité pour repérer les postures, les façons d’agir en matière d’accompagnement et de communication dans les situations de fin de vie

Intervenants

  • Idriss FAROTA-ROMEJKO, Cadre de santé, unité de soins palliatifs, Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon

Jeudi 8 octobre

10h00-12h00 et 14h00-16h00: La culture de la bientraitance dans la pratique de soin (n°73132000023)

Résumé et contexte de l’action

La démarche de bientraitance s’inscrit dans le cadre général de l’évaluation et de l’amélioration de la qualité de vie des personnes accueillies ou accompagnées par les établissements et services sociaux et médico-sociaux ainsi que dans les établissements de santé (dont certains gèrent des structures médio-sociales).

Objectifs de l’action DPC

L’objectif de cette action de formation est d’accompagner les professionnels de santé dans le déploiement d’une culture et d’une dynamique de bientraitance et la sensibilisation aux facteurs de maltraitance.

Cette formation est ciblée pour les professionnels de santé exerçant en établissements, mais peut également intéresser les professionnels de santé exerçant en libéral.

La formation présentielle s’articule autour des objectifs suivants :

  • Périmètre opérationnel de la bientraitance : rappel du concept, repère pour mise en oeuvre de la démarche (recommandations)
  • Déploiement et appropriation de la culture et de la dynamique de bientraitance

Intervenants

  • Elise BENYAYER, Directrice Médico-Social, CHU Poitiers
  • Brigitte SURY, Cadre supérieure de santé, Chargée des formations continues, Coordination des Instituts de Formation, CHU Poitiers

Vendredi 9 octobre

10h00-12h00 et 14h00-16h00: Cancer de l’enfant de moins de 15 ans : comprendre et accompagner le jeune patient et sa famille (n°73132000020)

Résumé et contexte de l’action

Le cancer chez l’enfant de moins de 15 ans est une maladie rare qui représente 1 à 2% des cancers dans les pays développés. On dénombre 1800 cas nouveaux chaque année en France, dont 1200 environ chez des jeunes
enfants de moins de 5 ans. Certaines formes de cancer sont spécifiques à l’enfant et inversement la plupart des cancers de l’adulte n’existe pas chez l’enfant. De même, des facteurs environnementaux sont bien identifiés comme favorisant le développement du cancer chez l’adulte, alors que c’est très rarement le cas chez l’enfant.

Des progrès considérables en terme de traitement ces dernières décennies permettent aujourd’hui de guérir quatre enfants sur 5 en moyenne : chimiothérapies plus efficaces, meilleure collaboration entre spécialistes, harmonisation des traitements à l’échelon national voire international.

La préoccupation de chacun des professionnels est de guérir les enfants. Et de les guérir sans séquelle (physiologique, psychologique, psycho-sociale), et aussi de les accompagner dans la période des traitements en préservant la cellule familiale. L’annonce d’un diagnostic de cancer d’un jeune enfant est un tremblement de terre dans une famille, il est important pour les soignants d’acquérir les connaissances permettant de comprendre les réactions de l’entourage, parents, fratrie, et bien sûr de l’enfant malade au premier plan : peur, colère, déni, culpabilisation … La compréhension de ces mécanismes contribuera à établir une relation de confiance avec la famille, à détecter des souffrances masquées, et à établir une alliance thérapeutique au bénéfice du jeune patient.

Nous faisons le choix de consacrer cette formation DPC aux patients de 0 à 15 ans, la prise en charge des adolescents et des jeunes adultes impliquerait d’aborder d’autres thématiques spécifiques.

Objectifs de l’action DPC

Cette action de formation DPC a pour principaux objectifs de :

Compléter et mettre à jour :

  • des connaissances générales épidémiologiques, physiopathologiques et thérapeutiques sur le cancer chez l’enfant

Apporter :

  • des connaissances psycho sociologiques sur la dynamique familiale
  • des connaissances sur les réactions face à l’annonce d’un diagnostic grave

S’entraîner grâce aux cas pratiques :

  • à repérer les situations de souffrance psychologique muette
  • à répondre aux questions sur la mort de la part de l’enfant
  • mettre en place les fondements d’une relation d’aide avec la famille
  • à savoir se protéger en tant que soignant et passer la main si besoin

Intervenants

  • Nadia MARQUIS, Infirmière Puéricultrice Clinicienne, Coordinatrice du parcours de soins Service d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique, Hôpital Armand TROUSSEAU

Comment s’inscrire ?

Pour s’inscrire et être éligible aux actions DPC, les deux étapes sont :

Etape 1 : S’inscrire aux conférences DPC auxquelles vous souhaitez participer
Etape 2 : L’équipe DPC vous contacte pour finaliser votre inscription DPC.

 

Besoin d’aide ?

 

 

 

Le suivi DPC est effectué par notre partenaire Be One Santé

N’hésitez pas à contacter les équipes DPC :
Par téléphone : 09 83 73 0 017
Par mail : solene.cirodde@beonesante.org

 

Annulation du Salon Infirmier/JNIL 2020

En raison de la situation sanitaire liée au COVID19, l’édition 2020 du Salon Infirmier/JNIL 2020 est annulée.

En revanche, les actions DPC restent maintenues du 7 au 9 octobre 2020 en format digital.